prix-cancer-cout-traitement

Le prix des traitements contre le cancer : un enjeu de santé publique

 

 

En France, le coût annuel des traitements contre le cancer ont un budget de 3,2 milliards d’euros. Il est prévu que ce budget augmente compte tenu de l’accroissement du nombre de malades, mais aussi de la hausse des prix des thérapies contre le cancer.

 

En 2018, le prix d’une chimiothérapie « classique » oscille entre 5 200 € et 31 200 €. Les tarifs varient en fonction des molécules de chimiothérapie utilisées, le nombre de cures et de la durée des traitements. Ce sont des budgets conséquents. Ce qui souligne l’importance de la solidarité nationale pour que tous puissent avoir accès aux soins.

 

L’inflation délirante des prix des traitements anticancer

Dès à présent et à l’avenir, l’enjeu se situe surtout au niveau du coût des nouveaux traitements du cancer qui ont un coût beaucoup plus lourd. À titre d’exemple, l’immunothérapie coûte entre 80 000 € et 120 000 €, c’est considérable, surtout comparé aux prix d’une chimiothérapie comme évoqué ci-dessus.

En 2017, un nouveau traitement de type « thérapie génique » mis au point contre certains cancers du sang chez l’enfant a été mis sur le marché à un prix de 475 000 dollars.

 

Cette envolée souligne l’enjeu de l’accès à ces traitements prometteurs contre les pathologies cancéreuses.

Compte –tenu des restrictions des budgets publics et de la dette nationale en France, il est impératif de négocier avec les laboratoires les prix des médicaments contre le cancer actuels et futurs.

Il est aussi essentiel de favoriser la recherche publique pour que des unités de recherches développent des traitements qui seront accessibles à tous.

Des exemples pour lutter pour la baisse des prix du traitement du cancer

Pour moi, il y a eu des précédents, dans l’histoire moderne, où des malades ont lutté pour accélérer la recherche de médicaments, mais aussi pour rendre les traitements accessibles.

Ça a été notamment le cas des malades du SIDA dans les années 90 et leurs combats pour trouver de nouveaux traitements, accessibles à tous.

Rien n’était facile dans leur combat. Le SIDA peut infecter tout le monde. Seulement à l’époque, il « touchait » dans l’imaginaire collectif, des minorités : homosexuels, prostitués, toxicomanes. Or, ils ont lutté en alertant l’opinion publique, en mettant les élus face à leurs responsabilités, en déjouant les stratégies commerciales des laboratoires pharmaceutiques.

Ils ne se contentaient pas des « associations qui soutiennent les malades » ; ce qui était déjà très bien mais insuffisant. Ils étaient aussi des activistes qui, par des coups de force, ont fait bouger les choses et sauvé des vies.

Le film 120 battements par minute relate bien ces luttes. Si cela vous intéresse, je vous propose la bande-annonce du film en fin d’article. Personnellement, j’ai trouvé ce film formidable et je le conseille à tous.

Aujourd’hui, peut-être que c’est ce qui fait défaut à la voix des personnes malades du cancer : des activistes qui secouent la planète entière pour l’accès aux soins.

Le prix des traitements du cancer n’est pas une fatalité. Il relève de choix d’entreprises. Ce qui se négocie… ou s’impose par des décisions politiques.

 

 

crédit photo sur la chimio prix des médicaments cancer et  contre les tumeurs cancéreuses : copyright Taffi – Fotolia.com