Mon avis sur le livre d’Isabelle Sarfati : Histoires plastiques, Dans la tête d’une chirurgienne esthétique

J’avoue que quand j’ai tenu dans mes mains le livre d’Isabelle Sarfati, j’ai eu peur.

La couverture avec une poupée Barbie démembrée et souriante met fortement mal à l’aise. En tout cas… me mets fortement mal à l’aise. Si on y rajoute la profession d’Isabelle Sarfati : chirurgienne esthétique… le mélange des deux donne une impression étrange, assez malsaine, de la chosification du corps de la femme (souvent de la femme même si quelques hommes passent sous ce bistouri aussi).

Mais, j’aime assez lire les chroniques des médecins. Je suis rarement déçue par leurs écrits.

Ça a été le cas, dernièrement, avec le livre témoignage sur le cancer de la vessie : Stade 2 du Professeur Peyromaure et de Patrick Chêne, journaliste.

Malgré la couverture du livre sur cette chirurgie esthétique en « vrai », je me suis donc laissée tenter par la lecture du livre d’Isabelle Sarfati. Voici mon avis.

 

Isabelle Sarfati entre dans le vif du sujet : en passant par elle-même

avis-livre-isabelle-sarfati

Mon avis sur le livre témoignage d’Isabelle Sarfati, chirurgienne esthétique

Une des premières pages du livre d’Isabelle Sarfati nous met dans le bain directement.

Elle est chirurgienne plastique.

Elle-même adepte.

Et elle le prouve puisqu’elle va demander à ses amis chirurgiens de corriger ses seins et ses paupières.

Tout au long du livre, elle va distiller son « parcours de patiente » : avant la chirurgie, après, sa réaction, les réactions de ses proches.

Ce n’est pas glauque. Cela rend même Isabelle Sarfati sympathique, car très humaine.

 

Les patients du cabinet de chirurgie esthétique d’Isabelle Sarfati

Outre le propre vécu d’Isabelle Sarfati en tant que patiente de la chirurgie esthétique, ce qui est intéressant c’est de « voir » ce qui se passe dans son cabinet.

A priori, on pourrait penser que chirurgie esthétique = narcissisme et superficialité.

Cela existe un peu.

Mais ce n’est pas du tout ce que l’on retient du livre d’Isabelle Sarfati et de sa médecine.

Ce que l’on observe surtout, c’est que dans un cabinet de chirurgie esthétique, il y a surtout une suite de souffrances, de cicatrices (parfois dues au cancer, mais pas que), et d’espoir de « vivre mieux » en étant mieux.

 

La chirurgie esthétique est née d’abord en tant que chirurgie reconstructrice après la guerre de 14-18 et les Gueules cassées. Cette chirurgie réparait les corps mutilés.

Le livre d’Isabelle Sarfati, à travers ses histoires de patients, souligne que cette essence première de la chirurgie plastique est toujours présente. Elle a évolué, bien-sûr, mais cet esprit reste bien là.

Et je trouve cela très noble.

 

Bizarrement, cela ne ressort pas vraiment dans cette présentation –interview du livre d’Isabelle Sarfati qui vire au règlement de comptes sur les complexes des femmes. Cet extrait est assez réducteur à mon sens :

 

En revanche, je trouve que cet extrait de l’émission C à vous dans laquelle participe Isabelle Sarfati est un peu plus fidèle à l’esprit de son livre :

 

La reconstruction mammaire, vue par un chirurgien esthétique

Évidemment, dans un cabinet d’un chirurgien esthétique, il y a un certain nombre de patientes qui viennent pour atténuer les cicatrices du cancer, et notamment pour connaître les méthodes de reconstruction de la poitrine après une ablation.

Isabelle Sarfati évoque ces rencontres avec beaucoup d’humanité, je trouve.

Elle ne se positionne pas en tant que « technicienne experte » de l’esthétique. Elle donne plutôt l’impression d’être un accompagnateur qui va adoucir la vie d’après le cancer.

Pour moi, ça, c’est vraiment un point essentiel.

 

Par ailleurs, la médecine avance et la chirurgie esthétique avec la reconstruction du sein avec. Ainsi, en tant que patiente, à mon sens, il faut se renseigner sur les bénéfices des nouvelles techniques.

À titre d’illustration, voici les présentations des reconstructions mammaires possibles par Isabelle Sarfati :

 

Crédit photo de l’article sur mon avis du livre d’Isabelle Sarfati : Histoires plastiques paru chez Stock en janvier 2018.

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici des trucs et astuces pour mieux vivre le cancer, ses traitements et ses effets secondaires :
Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.