Cancer et prêts bancaires

cancer_pret_immobilier

Cancer : comment avoir un prêt bancaire

 

  Les relations avec une banque sont rarement simples et le cancer ne va pas arranger les choses. Plusieurs cas se présentent classiquement. Voici les informations utiles pour faire face à la problématique « cancer et prêts bancaires ».

Cet article est un extrait gratuit de mon livre Mieux vivre le cancer : la bible qui rassemble plus de 400 pages de conseils pour que vous ayez toutes les bonnes informations et devenir votre meilleur soutien face aux traitements du cancer. L’intégralité de mon livre est téléchargeable immédiatement sur ce site ou en version papier sur Amazon.

Vous avez un prêt et vous apprenez que vous avez un cancer :

Si vous avez un prêt bancaire, regardez les conditions générales de l’assurance qui lui est liée. Selon les conditions fixées par le contrat, la clause de substitution peut être mise en œuvre pour la prise en charge des mensualités. Le dossier est à constituer le plus tôt possible. Il y a souvent un délai de carence avant la prise en charge des mensualités par l’assurance du prêt. Généralement ce délai est de 3 à 6 mois.

Se faire aider pour comprendre les conditions générales des assurances

Si vous ne vous sentez pas familier avec la lecture des conditions générales, vous pouvez solliciter l’avis d’un juriste. Beaucoup de mairies proposent des consultations juridiques gratuites une ou deux fois par mois. Pour connaître les permanences ou prendre rendez-vous, il suffit de lire le guide municipal annuel, de visiter le site internet de la commune ou d’appeler directement (mais quelques fois, les personnes qui répondent ne sont pas très au fait des services proposés…). Les associations de malades ont aussi parfois des juristes pouvant accompagner les patients.

 

Vous avez ou avez eu un cancer et vous souhaitez obtenir un prêt 

Ce qui pose problème dans le duo « cancer et prêt bancaire », c’est l’obtention de l’assurance qui est, dans certains cas, une condition obligatoire pour obtenir le crédit. Il existe deux cas bien différents : les prêts à la consommation et les crédits immobilier.

Cancer et prêt à la consommation

Ce cas là est le moins compliqué car l’assurance n’est pas toujours obligatoire, surtout pour des durées très courtes. Pour éviter d’avoir des soucis et notamment pour ne pas risquer le sur-endettement, il faut bien mesurer le besoin de ce crédit à la consommation et ses capacités de remboursement notamment en cas de baisse des ressources. Ce dernier cas est fréquent lors des traitements contre le cancer car le patient doit arrêter de travailler. Ce n’est pas systématique, mais très fréquent.

Cancer et prêt immobilier

Ce cas est le plus compliqué. Cancer et prêt immobilier est un duo qui a longtemps été incompatible en raison des questionnaires de santé demandés pour l’obtention d’une assurance. Si vous voulez en voir un, il vous suffit de taper dans un moteur de recherche « questionnaire de santé crédit immobilier pdf ». Vous aurez ainsi plein d’exemples.

Pour moi, les questions sont tellement larges que les malades du cancer sont condamnés à se voir opposé un refus ou à devoir payer une « surprime » délirante. Cette situation est parfaitement scandaleuse et est une double peine pour les malades du cancer.

Cependant, il faut noter que grâce à une forte mobilisation, des progrès notables ont été accomplis dans ce domaine. Ils sont loin d’être satisfaisants à mon goût ni suffisants… mais c’est un début.

La convention « AERAS » est en vigueur depuis le 6 janvier 2007. Elle a été élaborée et signée par les pouvoirs publics, les représentants des banques et assurances ainsi que par les associations de malades et consommateurs. Elle concerne les prêts immobiliers et professionnels ainsi que les crédits à la consommation. Cette convention est présentée sur le site  d’AERAS.

Un bilan des demandes d’assurance de prêts et de la convention AERAS est proposé par la Fédération Française des Sociétés d’Assurances (FFSA) pour l’année 2011. Globalement, les chiffres d’accord de prêt sont plutôt en augmentation, même si des progrès restent encore à faire notamment concernant le pourcentage de propositions faites et le niveau des surprimes.

Pour vous aider dans votre démarche, vous pouvez contacter :

  • L’association « Vivre Avec »,
  • Le service « AIDEA »de la Ligue Contre le Cancer : Il a pour objectif l’accompagnement et l’information pour le droit à l’emprunt et l’Assurabilité, au 0810 111 101 (prix d’un appel local depuis un poste fixe) du lundi au samedi de 8h à 20 h ;
  • Consulter l’article « assurer son crédit malgré des problèmes de santé »,
  • Un courtier spécialisé dans les assurances avec « risques aggravés ». C’est par exemple le cas du cabinet REassurez-moi qui a un site internet avec des informations spécifiques pour les malades du cancer.

 

Crédit photo de l’article « cancer et pret » : photo-libre.fr

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici quatre autres articles de trucs et astuces pour mieux vivre le cancer, ses traitements et ses effets secondaires :

6 Commentaires

  1. Lucy

    J’ai été opéré d’un cancer du rectum cela fait un an mai j’ai souffert sutout il faut être fort mentalement sinon tu te laisse aller et que la famille soi la.

  2. OM

    Le droit à l’oubli est une belle avancée qui permet aujourd’hui de ne pas avoir à déclarer des antécédents de cancer à partir d’un an, dans certains cas.
    Ce n’est pas forcément simple à appréhender. Vous trouverez la grille de référence ici http://www.askapi.fr/assurance-emprunteur-droit-oubli ou directement sur le site de l’Area.
    La délégation d’assurance peut offrir plus de possibilités que l’offre de votre banquier. Pour vous aider sur toutes vos démarches mieux vaut donc bénéficier de l’aide d’un courtier spécialiste de l’assurance prêt.

    • Laetitia LORNIAC

      Le droit à l’oubli est une avancée… qui est encore bien timide.
      Vous êtes vous-même courtier, ainsi votre point de vue est intéressant, mais reste un focus particulier d’un professionnel du secteur.

  3. Catherine

    Bonsoir
    je viens de trouver un bien immobilier, étant en rémission du cancer du sein (2013).je suis en train de faire un dossier pour obtenir un prêt. J’ ai donc le questionnaire de l’ assurance à remplir.
    Dois je déclaré mon cancer ?
    Merci d’avance.
    Cordialement
    Catherine

    • Laetitia LORNIAC

      Bonjour,

      C’est une question délicate.
      Personnellement, je pense qu’il y a des risques à cacher la maladie. Si vous n’avez pas de problème durant la durée du prêt… alors ça ira. Mais s’il y a un souci… là, tout peut devenir très compliqué.
      Après, il faut bien reconnaître que rien n’est fait pour aider les malades du cancer en rémission. Les propositions de prêts sont peu nombreuses et le coût des surprimes parfois délirant.

      Passer par un courtier peut être utile… mais il vous faudra d’abord avoir fait votre choix. Il y a des courtiers spécialistes dans ce type de problématiques, malheureusement, je ne sais pas ce que vaut ce service.

      Peut-être que contacter le service AIDEA de la Ligue contre le Cancer pourra vous apporter un regard juridique plus spécifique.

      Bien à vous,

      Laetitia

  4. Camille

    Merci pour ces information. En effet, emprunter avec un risque aggravé de santé comme le cancer n’est jamais simple. Récemment cependant, la loi sur le droit à l’oubli a été votée. Elle permet aux personnes en rémission d’obtenir un dossier vierge après un certain nombre d’années, qui varient suivant l’âge auquel le cancer était présent :
    – Les personnes atteintes avant l’âge de quinze ans « n’auront pas à déclarer leur maladie cinq ans après la fin du protocole thérapeutique »
    – Pour les autres personnes, le délai à respecter est de quinze ans après l’arrêt des traitements.

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.