bas-contention-classe

La classe des bas de contention

 

 

Quand on s’oriente vers le port de bas de contention comme traitement contre l’insuffisance veineuse et les problèmes de circulation, il faut savoir quelle classe de contention nous concerne. La classe des bas de contention est déterminée par le médecin prescripteur, grâce à l’examen clinique ou à des examens de radiologie qui permettent d’établir diagnostic de l’insuffisance veineuse constatée.

La précision de la classe des bas de contention est une mention obligatoire qui doit être indiquée sur l’ordonnance. Autrement dit, en fonction de votre situation médicale, le médecin évaluera la classe qui vous correspond en fonction de l’état de votre système veineux et le reportera sur sa prescription.

Pour moi, il ne faut pas hésiter à demander des informations sur les constatations de votre médecin concernant votre circulation sanguine et ce que cela impliques. Etablir un dialogue avec votre médecin permet de mesurer les enjeux actuels et futurs de votre santé. Cela permet également de comprendre, très vite, l’utilité du port des bas de contention.

Les classes des bas de contention sont des forces de compression qui vont de de la plus faible (classe I) à la plus forte (classe IV).

 

Voici des éclairages sur les classes de bas de contention, leur signification et leur niveau de compression.

 

À quoi correspondent les bas de contention classe I ?

Les bas de contention de classe 1 – ou force 1 – servent à soulager une insuffisance veineuse légère avec des varices débutantes. Ils peuvent également soulager une sensation de jambes lourdes persistante, mais sans autres signes pathologiques particuliers.

Sur la jambe, les bas de contention de classe 1 exercent une compression entre 10 et 15 mmHg (entre 13 et 20 hPa, classe I).

Les bas de compression de classe 1 ne sont pas pris en charge par le remboursement de l’Assurance Maladie sauf en cas de superposition.

En effet, les bas de contention de classe 1 peuvent être utilisés en même temps que des classes 2 pour atteindre un niveau de compression classe 3.

Dans ce cas-là, il faut que l’ordonnance des bas de contention de classe 1 précise expressément qu’ils sont prescrits pour superposition.

bas-contention-definir

définition de la classe des bas de contention

 

Dans quels cas les bas de contention classe II sont prescrits ?

Les bas de contention de classe 2 sont les plus prescrits. En effet, ils représentent un bon compromis entre compression des membres, mais aussi confort et esthétisme.

En choisissant bien vos modèles, personne ne pourra jamais se douter que vous portez des bas de contention. Ils passent totalement inaperçus.

Les bas de contention de classe 2 sont prescrits lors d’une insuffisance veineuse modérée, avec des varices constituées (varices de plus de 3 mm). Ils peuvent également être indiqués pour les personnes ayant des professions où la station debout est importante.

Les bas de contention de classe 2 sont prescrits également en vue d’un voyage en avion. Dans le cadre du suivi de la grossesse, les bas de contention sont prescrits par un médecin ou une sage-femme pour la femme enceinte et 6 semaines après l’accouchement. En cas de césarienne, ce délai est étendu à 6 mois.

Les bas à varices de force 2 sont aussi indiqué dans la prévention des thromboses, après chirurgie de varices de plus de 3 mm, pendant 4 à 6 semaines, après sclérothérapie de varices de plus de 3 mm, pendant 4 à 6 semaines.

Les bas de compression veineuse de classe 2 sont également prescrits en superposition pour atteindre des niveaux supérieurs de pressions. Il « suffit » de superposer deux bas de contention de classe 2 pour obtenir l’équivalent d’un bas de niveau 4.

La classe II des bas de contention est la plus prescrite. Elle correspond à une compression  entre 15,1 et 20 mmHg (entre 20,1 et 27 hPa).

 

 

bas-contention-force-3

Les collants de contention de classe 3 (source : pixabay)

Les bas de contention classe III sont nécessaires dans quels cas ?

Les deux dernières classes (III et IV) sont dédiées aux insuffisances veineuses sévères. Ces bas de contention  sont plus difficiles à mettre et il peut être utile de s’équiper avec un enfile-bas pour faciliter leurs passages. Comme nous l’avons déjà vu, il peut être utile de « superposer » les bas de compression pour obtenir la force voulue tout en réduisant les difficultés d’enfilage.

 

Les bas de contention de la classe III désigne des bas de compression veineuse entre 20,1 et 36 mmHg (entre 27,1 et 48 hPa).

Selon la Haute Autorité de Santé, le port des bas de contention de classe 3 est indiqué en cas de varices de plus de 3 mm. De plus, ils peuvent être prescrits après chirurgie des varices de plus de 3 mm, pendant 4 à 6 semaines.

Les bas à varice de force 3 peuvent également être indiqués après une sclérose des varices, pendant 4 à 6 semaines ou œdème veineux chronique.

Les bas de contention de classe 3 sont aussi prescrits en cas de troubles trophiques (pigmentation, eczéma) d’origine veineuse, de troubles trophiques chroniques (lipodermatosclérose ou hypodermite d’origine veineuse, atrophie blanche) d’origine veineuse, de troubles trophiques d’origine veineuse avec ulcère cicatrisé, de traitement de la thrombose veineuse superficielle du membre inférieur (donc de la jambe et souvent du mollet) le plus tôt possible.

Ils sont également prescrits après le diagnostic de thrombose(en association au traitement anti-thrombotique si celui-ci est indiqué ou seul), et lors du traitement de la thrombose veineuse profonde du membre inférieur, à la phase aiguë, le plus tôt possible après le diagnostic (en association au traitement anti-thrombotique si celui-ci n’est pas contre-indiqué).

 

La classe 3 des bas de contention sert aussi de prévention du syndrome post-thrombotique après une thrombose veineuse profonde proximale, pendant 2 ans, et lymphœdème (en deuxième intention à la phase décongestive, et en première intention à la phase de maintien).

 

 

 Les bas de contention classe IV sont nécessaires dans quelle situation ?

La classe IV désigne des bas de compression supérieure à 36 mmHg (au-dessus de 48 hPa) et est indiquée dans les troubles trophiques d’origine veineuse avec ulcère cicatrisé.

 

Les bas de contention de classe 4 servent de traitement de l’ulcère actif jusqu’à cicatrisation complète et à la prévention du syndrome post-thrombotique après une thrombose veineuse profonde proximale, pendant 2 ans.

Ils servent également, tout comme les forces 3, à soigner le lymphœdème en deuxième intention à la phase décongestive, et en première intention à la phase de maintien.

 

Crédit photo : fotolia